Catia V5 – Un avion en surfacique avec IMA (Wt9 Dynamique)

 

Il arrive parfois que l’on ait la nécessité de produire un 3D uniquement pour obtenir une seule valeur numérique.
C’est ce qui m’est arrivé ici.
Pour cet exercice, j’avais besoin de la surface mouillée d’un avion que je souhaite étudier d’un peu plus près.
Il s’agit du WT9-Dynamic de la société Aérospool.
C’est une machine en composite avec des formes évolutives et il est assez difficile d’en estimer sa surface puisque rien ici n’est développable.

Catia V5 - IMA - Aerospool_WT9_Dynamic_AX2 - wikipedia

 

Modélisation surfacique d’un avion avec IMA de Catia V5

Estimation de la surface mouillée du WT9-Dynamic

Pour répondre à cette question, il me fallait donc un 3D et puisque je n’ai pas trouvé sur le net un fichier gratuit, j’ai pris la décision de fabriquer moi même ce modèle.

Inutile ici de produire un modèle ultra juste et détaillé. Seules les principales peaux seront responsables de la valeur totale de la surface mouillée.

La vidéo de l’article

Vidéo accélérée 8x (temps de modélisation normal 1h35).

 

Le résumé de la vidéo

Le modèle est issu des trois vues que l’on peut facilement trouver sur le net

Catia V5 - IMA - WT9 Dynamique tryptique
Elles sont ensuite positionnées dans un environnement Catproduct grâce à l’atelier “Sketch Tracer” (voir l’article sur la pompe)

Le modèle est ensuite agrémenté d’une Catpart qui portera le surfacique de l’avion.

La modélisation se fait avec l’atelier IMA (Imagine and Shape) de Catia V5 en partant d’une sphère.
Celle-ci est extrudée vers l’avant du fuselage et vers l’arrière puis coupée par le plan de symétrie de l’avion.
En effet, je ne dessine qu’une moitié de l’avion puis effectue une symétrie de l’ensemble par la suite.

Dans la vidéo en accéléré, vous pouvez voir la méthode d’obtention des primitives de l’avion.
Vous pourrez ainsi reprendre ce principe pour faire vos propres modèles.

Conclusion

IMA (Imagine and Shape) est un outil pratique et rapide pour obtenir une forme présentant de belles continuités en courbure.
La modélisation de cet avion y est par nature imparfaite car les détails et les cotes exactes de la machine ne sont pas respectés.
Dans mon cas, cela n’a pas d’importance car je souhaitais juste obtenir la surface mouillée.
Cela ne m’a pris finalement qu’une heure et demie.

J’espère que cette démonstration vous a plus et donné l’envie de vous lancer dans une modélisation sur IMA.

N’hésitez pas à me poser des questions en commentaire et à partager l’article ; )

 

.

About the Author: PSX59

Technicien dans l’âme et résolument passionné d’aviation, je vous invite à découvrir la CAO sur des thèmes variés avec un seul but … Créer !

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *