Rhino #2 – l’indispensable manipulateur (Gumball) de Rhinocéros

 

image

Face au Prompteur, ceux qui ont connu la CAO comme moi il y a 20 ans regardent Rhinocéros V5 tout de même avec un petit sourire.

Oui, je sais, les commandes écrites permettent de gagner du temps pour les lancer. C’est mieux que de chercher un bouton ou une ligne dans un menu déroulant.
C’est juste après que cela perd en modernité.

Mais heureusement, certaines choses évoluent avec le temps et la modernité s’installe

 

Le manipulateur de Rhinocéros (Gumball)

Oui, la modernité de ce “gumball” contraste radicalement avec l’austérité du reste de l’interface de Rhinocéros pourtant riche en boutons et de menus de toutes sortes.
Oui, les boutons sont modernes et jolis mais ils ne sont que les lanceurs des bonnes vieilles commandes que l’on retrouve dans le prompteur (retour à la CAO façon Catia V4 des années 90)     : )

Il est vrai que l’apparition du manipulateur sur Rhinocéros est un progrès majeur pour manipuler les objets rapidement et de façon ergonomique.

 

 

Un manipulateur (gumball) c’est quoi ?

 

Ça sert à translater, tourner et  agrandir un objet en contexte sans avoir à activer les commandes spécifiques “Déplacer”, “Rotation” et “Échelle”.

image

Vous pouvez cliquer sur cette image. Cela vous renvoie vers la documentation officielle pour tout savoir sur le manipulateur. Je ne vais pas paraphraser.

Bon, ce n’est pas nouveau. Ce concept est d’ailleurs présent dans tous les logiciels de modélisation 3D avec une représentation et une manipulation assez proche.

Par exemple dans Blender, on l’appelle “Gimbal” et on peut manipuler l’objet à l’aide des flèches et arcs multicolores :

image image image

 

Dans Catia, idem avec la “boussole” (bon, elle ne permet pas le changement d’échelle, c’est normal) mais on peut translater et tourner les objets dépourvus de contrainte:

image

 

Qui a t’il de vraiment intéressant dans le manipulateur ?

Hormis le fait qu’il vous permette de gagner du temps sur des manipulations simples, il va surtout vous permettre de recentrer la rotation de la vue automatiquement.

C’est ce qui est le plus gênant dans une modélisation dès que le modèle grandit.
Si le centre de rotation de la vue est trop loin de l’endroit sur lequel on travaille, la moindre rotation de la vue à l’aide de la souris vous fait sortir vos éléments de l’écran.

Ici, grâce à cette option, le centre de rotation de la vue sera toujours sur l’objet travaillé.
Pour l’activer faut:

  • d’abord activer le manipulateur en cliquant sur le gros bouton gris “Manipulateur”
  • puis cliquer sur le petit cercle blanc dans le manipulateur
  • et choisir “Paramètres” (en bas du menu)

image

ce qui nous amène au bon endroit dans les options:

image

Et on coche “Rotation de la vue autour du manipulateur

On peut donc aussi aller directement dans les options pour cocher cette option sans passer par le manipulateur.

Remarquez les autres options qui peuvent être intéressantes dans les deux images précédentes.

Je trouve le jeu d’option d’alignement très utile. on peut alors déplacer un objet selon:

  • l’orientation principale de l’élément
  • l’orientation du planC (plan de construction = plan d’esquisse sur Catia)
  • les orientations globale du modèle

 

A noter que “Manipulateur Dynamique” dans “Outil/options” équivaut à “Déplacement avec accrochage” dans le menu du manipulateur (petit cercle blanc).

 

Le seul regret est de ne pas avoir un recadrage automatique de l’objet actif dans l’écran comme dans CATIA.
En effet, la rotation se fait bien autour du manipulateur mais celui-ci peut être en dehors de l’écran et il faut translater la vue (caméra) pour remettre l’objet actif et le manipulateur au centre de l’écran.

 

Quoi qu’il en soit le manipulateur est vraiment utile et constitue un réel progrès.
Le mieux est de l’activer en permanence et de ne le désactiver qu’en cas de nécessité.

 

Conclusion:

Le manipulateur de Rhinocéros n’est pas une révolution mais il améliore considérablement l’ergonomie de l’interface.
Les manipulations sont graphiques et non textuelles ce qui est plus rapide et génère moins d’erreur d’appréciation.

Le gros avantage aussi est que le manipulateur se positionne automatiquement sur l’objet actif et qu’il est possible de lier la rotation de la vue sur le manipulateur.

Ainsi la rotation de la vue se fait toujours au bon endroit ce qui est plus ergonomique pour travailler.
L’objet activé pourrait avantageusement revenir au centre de l’écran. Peut-être une prochaine amélioration ?

 

Voici mes conclusions sur le manipulateur de Rhinocéros 3D.
Et vous quels sont vos réglages ?

Recherches utilisées pour trouver cet article :raccourci souris Catia v5

About the Author: PSX59

Technicien dans l'âme et résolument passionné d'aviation, je vous invite à découvrir la CAO sur des thèmes variés avec un seul but ... Créer !

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *