Robot de combat – Part5 – Un début de châssis

Dans l’article précédent, je vous ai montré les deux motoréducteurs qui à eux seuls propulseront fièrement le robot de combat sur la surface de l’arène.
Et je vous ai dit que j’ai préféré utiliser du contreplaqué et des flasques en PLA imprimés en 3D pour positionner les éléments tournant et les moteurs.

Dans cet article, je vais aller un peu plus loin et vous monter…

Un début de châssis.

Ce nouvel élément aura de multiples fonctions:

  • Positionner les deux motoréducteurs
  • Porter la batterie
  • Reprendre les efforts générés par un autre robot et les renvoyer vers les deux roues.

Voici comment j’ai modélisé cette pièce.

motoréducteur du robot

Sur cette image, on retrouve un motoréducteur ainsi que la batterie (bleu foncé). Le reste en gris, mis à part le moteur, constitue le début d’un châssis en acier mécano soudé.

Vu de l’autre coté

motoréducteur du robot vue 2

Nous voyons en plus une tôle cintrée destinée à protéger l’engrenage récepteur de la roue qui est fabriqué en PLA.

Une très succincte mise en plan de cet ensemble me permet de faire le débit des pièces nécessaires à la fabrication du châssis.
Retour à l’atelier, c’est parti.

Un peu de découpe et de formage de ces petites plaques de tôle.

Motoréducteur assemblé et non assemblé

Pour faire ces dernières, je ai directement enroulées les tôles à la main sur une des joues en contreplaqué avant assemblage d’un des deux motoréducteurs.

Un premier coup d’œil à un semblant d’assemblage. Juste pour voir ce que ça donne.

Première vue de l'essieu du robot

C’est bien, il faut maintenant débiter le nécessaire pour le logement de la batterie et les divers renforts avant de commencer à souder.

Préparation des pieces du châssis

Pour faire correctement les choses, les extrémités des quatre glissières du logement batterie doivent être préparées comme on le voit ici.

Support batterie avant soudure

Je vous passe les détails concernant les différentes étapes de soudure mais je ne vous cache pas que cela fut parfois très délicat de positionner relativement des éléments qui ne sont pas toujours plats ou carrés.
En tous cas, voilà ce que cela donne.

Essieu du robot assemblé

Les roues ont été retirées pour éviter de bruler les caoutchoucs ou le PLA avec la soudure à l’arc.

Voilà pour cet article.
Dans le prochain article, j’irai un peu plus loin dans la fabrication du châssis en intégrant les longerons.

En attendant vous pouvez me laisser un commentaire ou simplement m’encourager sur les réseaux sociaux.

About the Author: PSX59

Technicien dans l'âme et résolument passionné d'aviation, je vous invite à découvrir la CAO sur des thèmes variés avec un seul but ... Créer !

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *