Découverte de Blender 3d

Bonjour à tous,
Pour l’occasion, l’article du jour n’est pas écrit par votre hôte mais par un un autre Vincent.
J’ai voulu, pour vous faire une introduction au logiciel Blender (ou plutôt la suite de logiciel Blender) faire appel à quelqu’un de plus compétent que moi sur ce soft.
Vincent s’en sert chaque jour pour son travail. Vous pouvez retrouver ses œuvres ici:
https://www.belledonne-production.com/galerie-image-3d/

Je vous laisse parcourir l’article de Vincent (pas moi du coup, vous aviez suivi)…

 

A la découverte de Blender

On m’a confié la mission, passionnante et délicate, de faire une introduction à Blender 3D. C’est mon logiciel quotidien de travail, répondant fidèlement aux grands écarts que je lui fais faire, de l’image photoréaliste à l’impression 3d en passant par l’animation, le montage vidéo ou le « crobard » 3D d’étude, par exemple…

Et en me mettant à la tâche, je me suis rendu compte que c’est une pelote multiforme avec plein de fils à tirer. Pour faire court, Blender 3D est plus une suite logiciels parfaitement intégrée qu’un modeleur 3D direct hyper complet.

Donc, de façon totalement arbitraire, impartiale =;o)) et pour coller au blog : voici une approche douce du modeleur 3D open source, libre, productif et en évolution permanente (et rapide).

En logiciel libre, il se télécharge sur https://www.blender.org/, site contenant beaucoup de ressources, s’installe en un clic, et démarre rapidement.

Comme tout logiciel 3D, une mémoire vive confortable est fortement souhaitable. Pour les besoins de rendu, une carte graphique de joueur, de vrai joueur est un plus indispensable, ainsi qu’une souris 3 boutons : Blender 3d, c’est une main sur le clavier, l’autre sur la souris. La carte graphique professionnelle n’apporte rien à Blender 3D, c’est une des économies que procure ce logiciel.

A l’ouverture, nous pouvons être impressionnés par une interface riche. Une fois l’appréhension passée, il s’avère que l’approche est simple.

Blender 3D - ouverture

Blender 3D – ouverture

Pour commencer :

   – mettez-vous sur Cycles Render, en le sélectionnant si besoin dans le menu du haut de votre écran, juste avant le petit logo de Blender.

   – Le curseur dans l’espace de modélisation, en appuyant et en restant appuyé sur la molette de votre souris, vous pouvez déplacer le point de vue de la scène, soit, par exemple faire tourner le cube présent dans cet espace.

   – Pour modifier le cube, je vous invite à cliquer sur « tab » et passer en « edit Mode ». Là, vous voyez apparaître les éléments qui constituent le cube, et tous objets modélisés : point, bord et face.

Par défaut, vous pouvez sélectionner les points. Pour atteindre les autres éléments un « ctrl tab » présente un menu flottant de sélection.

Les 3 axes se collent sur l’élément que vous avez sélectionné. En cliquant et faisant glisser ceci, vous déplacez dans l’espace l’élément et déformer le cube.

Beaucoup de raccourcis sont connus, comme le « crtl Z » pour annuler la dernière action. La touche « Echap » permet de quitter la fonction en cours d’utilisation, en cas de mauvaise manip…

Le « s » permet une modification de taille, le « x » la suppression de l’élément sélectionné.

Le raccourci pour ajouter une forme prédéfinie : « shift a ».

L’ensemble de ces raccourcis sont valables dans tous les modes, ici mode edit.

Et enfin, le « e » pour faire une extrusion, de point, de bord ou de face, uniquement en mode edit.

Voilà, vous avez lu quelques lignes et vous savez déjà manipuler une forme, en ajouter et en supprimer.

Petite astuce quand vous ajoutez une forme prédéfinie : à gauche de votre écran, en bas de la colonne, vous voyez apparaître en même temps que la forme les paramétrés de celle-ci. Vous pouvez ainsi les modifier au clavier ou cliquer sur les différentes options, suivant les formes.

Maintenant que vous savez manipuler et faire vos premières formes, nous pouvons explorer l’interface :

Elle vous donne plus que vous en demandez. Et comme elle est vraiment généreuse, elle le donne plusieurs fois, suivant votre humeur, votre besoin de productivité, ou votre logique de travail préféré.

Par exemple, si vous ne voulez pas utiliser le raccourci clavier pour ajouter une forme prédéfinie, vous pouvez dans la barre de menu du bas, cliquer sur « add » et avoir sous la souris la même chose. Ou alors, allez dans la colonne de gauche et cliquez sur l’onglet « create », là, la liste apparaît de nouveau en bouton prêt à l’emploi.

Je vous laisse visiter les autres menus de la barre du bas, en faisant remarquer que la plupart se présente avec en plus leurs raccourcis clavier, pour attirer votre attention sur les deux grappes de 10 carrés, dont un à une autre couleur avec un point dedans. Ce sont les calques à votre disposition. Il suffit de cliquer dessus pour passer de l’un à l’autre. Et pour « transporter » une forme d’un calque à un autre, il vous suffit, une fois celle-ci sélectionnée de faire un « m (le numéro du calque visé) ».

Pour admirer votre travail dispersé dans plusieurs calques, les sélectionner en restant sur « shift » pour les faire apparaître ensemble.

Visite succincte de la colonne de droite :

En haut, le listing des différents éléments, que vous pouvez renommer pour l’organisation de votre travail.

En dessous, le centre névralgique.

– Il est ouvert part défaut sur les commandes de rendu. Nous sommes là pour ça, faire une image, ou des images.

– une petite clé fait partie des onglets disponibles, il s’agit de l’accès aux modificateurs. Pour montrer le plus classique de tous : sélectionner votre forme, cliquer sur le menu déroulant « add modifier » et sélectionner « subdivision surface ». Augmenter votre subdivision dans view.

Blender 3D - les modificateurs

Blender 3D – les modificateurs

C’est ici que vous trouvez l’ensemble des fonctions de modifications d’état, de simulation et de déformation.

C’est de long jour de découverte et de test à votre disposition. Mais indispensable à votre production.

L’onglet avec une boule un peu plus à droite permet la réalisation de vos matériaux, pour donner des couleurs, des reflets, de la transparence et plein d’autres choses à la surface de votre objet.

C’est ici que doit commencer votre découverte de « neuds ». Une interface puissante pour construire, régler modifier votre matériau. C’est pour son usage que je vous ai fait cliquer sur Cycles Render.

En cliquant sur « n », vous avez une colonne qui apparaît que je vous laisse découvrir.

Paramétrage :

Pour finir cette approche éclair, je vous invite à faire un « ctrl alt u ». Vous avez une fenêtre qui s’ouvre sur les préférences de Blender. Par exemple, en cliquant sur le dernier onglet, « System », vous avez accès à des éléments indispensables comme la sélection de « CUDA » si vous avez une carte graphique Nvidia pour plus de performance, avec la sélection de vos cartes disponibles.

Blender 3D - fenêtre de paramètres

Blender 3D – fenêtre de paramètres, ici Add-ons

Ou encore, à droite de cette fenêtre, la possibilité de changer de langue pour les bulles d’aide et les alertes. Je vous déconseille de changer l’interface, car l’anglais et la référence dans les très nombreux tuto vidéos que vous trouvez en ligne, ils seront ainsi plus simple à suivre.

L’onglet : « Input » permet entre autre de sélectionner le bouton de la souris que vous voulez pour sélectionner vos objets, justement (passer du bouton gauche à celui de droite ou inversement).

Et sans doute le plus important : « Add-ons » vous permet d’accéder à une incroyable palette d’outils et de possibilité. C’est ici, par exemple que vous allez permettre l’import ou l’export d’une multitude de formats, d’ajouter la possibilité d’avoir des formes prédéfinies supplémentaires, d’enclencher la possibilité de faire du motion Tracking, d’avoir accès à un menu dit « pie Menu » (je ne m’en passe plus), d’activer un add-on d’architecture….

C’est un survol hypersonique à haute altitude. Comment faire autrement pour introduire Blender 3D en une page de blog.

Mais vous avez un livre, pardon, la bible, de 500 et quelques pages, très bien fait pour vous épauler dans la découverte du logiciel : « La 3D libre avec Blender 2.6 / 5° édition », c’est la dernière édition, la date de cette page : 16/04/2018.

D’autres sont disponibles suivant des approches différentes, ou des parties spécifiques du logiciel.

Une multitude de sites et de pdf en téléchargement gratuit, des vidéos en très grande quantité, des forums dédiés, en plusieurs langues.

En vrac, vous pouvez faire entre autre : de la modélisation 3D direct, des story-board 2D, du montage vidéo, des effets spéciaux, des animations 3D, des animations 2D, de la programmation, des jeux (avec le moteur de jeu Blender), du tracking vidéo, de la retouche d’images, de la sculpture, des simulations, de la post production, du rendu photoréaliste…

https://i0.wp.com/apprendre-la-cao.com/wp-content/uploads/2018/04/agence-image-3D-communication.png?resize=960%2C540&ssl=1

C’est un vaste monde de possibilités qui s’ouvre à vous.

Pour quelques exemples très concrets d’utilisation de Blender 3D et un peu d’autopromotion, je vous invite à regarder le design et impression 3D de bijoux réalisés par votre serviteur : https://www.shapeways.com/shops/ormea

Et quelques images de réalisations : https://www.belledonne-production.com/galerie-image-3d/

Bon Blend.

Recherches utilisées pour trouver cet article :blender, blender 3D

About the Author: Vince

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Show Buttons
Hide Buttons